L’église moderne du Gethsémani : l’histoire d’une œuvre d’art

Le sculpteur Umberto Piroli sur le site de Gethsémani

L’année 1921 marqua le début des opérations nécessaires à la construction du nouveau sanctuaire dédié à l’Agonie de Jésus sur le Gethsémani.

Le projet de construction du Sanctuaire et de l’Église du Mont Tabor fut confié à l’architecte Antonio Barluzzi.

Dans l’attente d’obtenir le permis de construire afférent, de nombreuses carrières de pierre ont été achetées et les travaux d’extraction commencèrent tandis qu’en Italie furent commencés les travaux pour réaliser les éléments de marbre qu’il était impossible de réaliser sur place. La construction de la Basilique et du couvent franciscain s’acheva en deux ans : du 19 avril 1922 au 15 juin 1924 grâce à des ouvriers et artistes italiens et grâce à la main d’œuvre locale.

Pour la réalisation des éléments intérieurs, on choisit des carrières de pierre dure et grise aux nuances roses de Lifta (à l’ouest de Jérusalem) et pour la réalisation des éléments extérieurs, on choisit des pierres rougeâtres issues des carrières situés à proximité de Beit Safafa.

Pour extraire les pierres, l’ingénieur Barluzzi fit réaliser la première installation moderne mécanique utilisant des fils hélicoïdaux, avec des scies pour la découpe des plaques et des tours mécaniques pour les colonnes monolithiques. Pour le projet, on fit appel à des ouvriers spécialisés de Carrare et Pietrasanta qui travaillèrent sous la direction du sculpteur Umberto Piroli, chargé de la réalisation des structures en marbre de l’église, à savoir les chapiteaux, les corniches, les architraves et les têtes de lion qui ornaient les gouttières de la Basilique.

Les mosaïques et les œuvres d’art réalisées pour le Sanctuaire furent commissionnées à plusieurs artistes et entreprises italiens. Les œuvres ont été spécifiquement conçues pour aider le pèlerin à s’approprier le sentiment d’agonie ressenti par Jésus au Gethsémani. Parmi les artistes à mentionner, nous nous devons de citer Pietro D’Achiardi qui dessina les cartons préparatoires des mosaïques du sol, des petites coupoles et celles de l’abside du maître-autel ; le peintre Mario Barberis qui peignit les premières toiles réalisées pour les absides ; l’artiste Giulio Bargellini qui réalisa le carton de la mosaïque du tympan qui couronnent la façade de la basilique et enfin le sculpteur Umberto Piroli pour la réalisation des éléments architecturaux.