Eusèbe de Césarée

Onomasticon, 295 ap. J-C

Le Gethsémani est fort d’une tradition qui remonte à plusieurs siècles. Dans son « Onomasticon » des lieux bibliques (295 ap. J-C), Eusèbe la décrit comme une montagne se trouvant aux pieds du Mont des Oliviers, « là où les fidèles se précipitent pour prier ».

En 3901 environ, Saint Jérôme traduisit l’Onomasticon d’Eusèbe en latin et intégra à son texte la description d’une église érigée à l’endroit où Jésus se rendit pour prier avant sa Passion.

Le témoignage de Jérôme est important pour la datation de l’église du Gethsémani : il écrivit son ouvrage lorsque l’église, déjà observée par Égérie, devait être achevée. Son témoignage ainsi que celui de la pèlerine ont permis aux historiens de faire dater la construction de l’église entre le début du règne de Théodose (379-393 ap. J-C) et la fin de l’épiscopat de Cyrille de Jérusalem (348-386 ap. J-C).

Eusèbe de Césarée
Onomasticon – version grecque (295 ap. J-C)

Gethsimane. Choríon, éntha prò toû páthous ho Christòs proseúxato. Keîtai dè kaì pròs to ôrei ton elaion en ho kaì nyn tàs euchàs hoi pistoì poieîsthai spoudázousin.

Gethsémani. Lieu où le Christ se rendit pour prier avant de traverser sa Passion. Il se trouve vers le Mont des Oliviers et tous les fidèles y accourent pour faire entendre leurs prières.

Jérôme
De situ et nominibus locorum Hebraicorum, (traduction latine de l’Onomasticon) – (environ 390 av. J-C)

Gethsemani, locus ubi Salvator ante passionem oravit. Est autem ad radices montis Oliveti nunc ecclesia desuper ædificata.

Gethsémani. Lieu où le Christ se rendit pour prier avant de traverser sa passion. Il se trouve vers le Mont des Oliviers sur lequel récemment été édifiée une église.

Patrologia Latina, vol. 23, col. 950